1985

Cette année nous nous installons sur la moraine d'Argentière. Depuis des années la mairie accepte que les campeurs s'installent en sauvage sur la moraine, dans la forêt. Cela ne durera pas, un groupe d'anglais peu précotioneux laissèrent tellement de détritus que la camping sauvage fut interdit sur la commune d'Argentière. Ce fut l'aiguillon qui nous obligea à chercher un nouveau campement et nous permis de découvrir ce qui devint notre plateau pour presque dix années. Il n'est pas très grand mais bordé d'un ruisseau, d'un bois pour nous isoler, il est suffisemment plat pour nous permettre d'installer deux voir trois tentes tout en conservant un coin pour le feu.

La saison démarre par un beau but à l'aiguille du plan. La mémoire me fait défaut, je en sais plus pourquoi nous nous somme plantés. Ah oui, voilà ; mauvaise nuit, Jean Marie est malade. Nous, Roger, Jean Marie et moi, avions choisit de faire la première partie rocheuse l'après midi puis de bivouaquer afin de partir au matin dans la dernière partie glacière.
Nous passons la rimaye avant d'aborder le rocher. Grosse frayeur, le temps de tourner la tête, Roger disparaît dans une crevasse entre le rocher et le glacier, pas de mal, mais une bonne leçon pour notre confiance peut être trop permissive.

Est-ce le résultat d'un mauvais bivouac, d'un départ tardif, toujours est-il que le lendemain, nous avons rebroussez chemin et rejoint la vallée. A moins que ce soit un brin de sagesse. Un but est un but, il doit y avoir marque négative attachée, car nous n'avons jamais retenté cette face nord.

Quelques jours plus tard nous nous décidons pour la face nord des courtes. Nous optons pour la formule classique et civilisée de la nuit en refuge. Pas de frivolité, et le refuge d'Argentière est magnifiquement placé face à l'Aiguille Verte, les Droites, les Courtes, le Triolet.

Jean Marie se lêve le lendemain malade, il ne sera pas des nôtres. Il nous rejoindra au col en passant par le couloir nord est. Nous ne sommes pas les premiers, mais nous rejoignons rapidement les premières cordées au niveau des premières difficultés. un passage raide obligatoire où la glace s'avère peu épaisse. Les cordées sont donc ainsi en attente que chacune gravisse le ressaut. Une attente qui durera 45 minutes. Päs de photos, le soleil nous rejoindra plus tard dans le milieu de la pente.

C'est à nous, nous avons choisit aussi de nous encorder. Roger passe le premier puis me fait venir. Un éclair jaillt sous la glace, Mon piolet rébondit sur le rocher. Prudence, taper moins fort bien choisir l'emplacement des pieds.

Le reste de la pente est sain, nous progressons corde tendue. Nous nous faisons doubler par une cordée d'aspirants guide, très en forme.

Le soleil nous réchauffe et donne à cette face un visage plus souriant.


Le sommet au petit matin, est ballayé par le vent et nous rappelle que nous sommes bien en montagne. Nous n'y resterons que le temps de la photo et de la jouissance du paysage. Nous retrouvons Jean Marie qui s'est donc décidé à nous rejoindre et descendons par le glacier de Talèfre.

(c) 1985 Texte, Photos Pierre Léonard